BIONIC BODY L’INSPIRATION DE LA SEMAINE

La motivation qui permet d’atteindre ses objectifs peut provenir de plusieurs sources. Parfois il s’agit d’une déception ou même d’une drame. Parfois cela peut également provenir d’une prise de conscience du fait de passer a cote de sa vie. Parfois cela provient de personnes qui accomplissent elles même leurs objectifs et qui nous motivent a en faire de même. Cette semaine j’ai eu le plaisir d’interviewer Edgard john Augustin, aussi connu sous le nom de bionic body. Plus qu’un simple athlète, selon moi c’est une véritable inspiration. Dans cette interview, Bionic nous montre comment oublier nos croyances limitatives sur ce que nous nous pensons capables d’accomplir ou non. Il partage avec nous son histoire,son quotidien et comment à force de travail et de détermination il a atteint ses objectifs.

Qui est Bionic Body?

Peux-tu te présenter rapidement stp ? Ton âge, taille, poids, ton métier, où tu habites, etc. ?

J’ai 31 ans, je mesure 1m94, je pèse 110 kg en période hors compétition et mon poids de scène, c’est à dire après ma période de préparation et de sèche, est de 98kg. Je vis en région parisienne avec ma femme et mon fils que j’ai tous les mercredis, un weekend sur deux et toutes les vacances scolaires. Je suis commercial de métier mais je tends à me consacrer entièrement à ma passion.

img_6379

Ton parcours

Depuis combien de temps pratiques-tu la musculation, qu’est-ce qui t’a poussé à commencer et quel a été ton parcours pour en arriver là ?

Cela fait plus de 11 ans que je m’entraîne en salle. Je me suis inscris alors que je passais mon BTS pour évacuer le stress des examens et certainement de la vie parisienne, moi qui arrivait de mon 973. Au début je m’entraînais en survêtement long, peu de personnes étaient au courant de mon handicap. Puis un jour, un photographe m’a sollicité pour une série de photos, je lui ai donc parlé de mon handicap. Il a été hyper enthousiaste et m’a proposé un très beau projet. Puis, tout s’est enchaîné. Avec mes collègues de bureau on a trouvé le nom de scène « Bionic Body ». J’ai crée ma page Instagram, le retour des gens a été tellement positif, je n’en suis pas revenu. Dès lors, j’ai réellement assumé mon handicap au grand jour et j’occulte le regard des gens. Entre temps, je m’étais assuré auprès de mon prothésiste de la résistance de mes prothèses et, depuis 3 ans maintenant, je fais un « legday » au moins une fois par semaine ainsi qu’un rappel. Depuis 2 ans et demi, je monte sur scène. J’ai fait 4 compétitions: le GP des Pyrénées, les championnats d’Europe, la Loaded Cup et le Top de Colmar. J’ai remporté ces 4 compétitions et je continue à tout donner pour que mon palmarès ne s’arrête pas là. Depuis que j’ai obtenu la carte professionnelle, de nouvelles échéances et de nouveaux objectifs mondiaux s’ouvrent à moi.

img_7236

Une motivation sans faille

Une des choses que j’admire le plus chez toi, c’est ta volonté et ta motivation. Tu as l’air d’avoir une discipline de fer. Qu’est-ce qui te pousse à te dépasser comme ça ?

Je ne me cache jamais derrière mon handicap, et certainement qu’il me pousse à en faire davantage. Je ne veux pas, une fois l’échéance de la compétition arrivée, me dire « ah si j’avais fais ça, ou si je n’avais pas mangé ça, si je m’étais mieux entraîné ». Je ne veux rien regretter alors je donne tout malgré la fatigue ou parfois la douleur. Le mental joue énormément. Quand j’ai des moments de doute, ce qui arrive parfois quand je réduis drastiquement les quantités alimentaires avant compétition ma femme et mon frère Endy, qui pratique également le bodybuilding, savent trouver les mots pour que je reprenne confiance. Et plus largement je veux rendre ma famille, et particulièrement mon fils, fiers de moi.

A travers toutes les questions que l’on me pose, je me rends compte que l’un des problèmes les plus fréquemment rencontrés par les gens qui se mettent au sport est de réussir à tenir. On est souvent motivé au moment où on commence mais après quelques jours ou semaines, on perd souvent sa motivation. Quel conseil donnerais-tu aux personnes dans cette situation.

Encore une fois chacun à ses objectifs. Mais peu importe notre objectif, dans la vie on a rien sans rien. Et afin d’obtenir ce que l’on veut, que ce soit son diplôme, un concours professionnel, une relation saine et épanouie, une perte ou une prise de poids, un gain en musculature, etc., il faut travailler dur et sérieusement pour y parvenir. Quand on veut on peut, l’esprit humain, la volonté peuvent être sans limite. Il faut rester confiant, pense que les difficultés rencontrées rendront encore plus belles les victoires.

Quelle est la phrase de motivation qui te décrirait le mieux ?

« The sky is the limit ». Rien n’est impossible, il faut s’en donner les moyens et accepter les étapes et les sacrifices qui jalonnent cet objectif à atteindre. Même si pour ma part, je ne perçois pas ma diète ou mon training comme des sacrifices parce qu’ils sont les éléments clés de ma réussite.

img_9716

Un mental de champion

Au delà du physique impressionnant que tu as réussi à construire grâce à la musculation, que t’as apporté la musculation sur le plan mental ?

Le sport, la musculation m’a apporté un cadre de vie sain, m’a appris à me surpasser, à dépassser la fatigue, les douleurs, la faim. Je sais dorénavant atteindre les objectifs que je me fixe quelque soit les difficultés rencontrées. La réussite en est que plus appréciable.

Bionic body, peux-tu nous expliquer comment tu te prépares pour une compétition ?

Toute l’année, en période de prépa ou non, je m’entraîne 6 jours sur 7 et je maintiens le cardio au moins 3 fois par semaine. Je fais du cardio à la maison sur mon jour « off ». De plus, je maintiens une alimentation saine, sans glucide le soir. Si je m’accorde un repas « plaisir » par semaine en off, je reste raisonnable à savoir que je ne mange jamais rien de frit, d’hamburger, de pizzas et encore moins de frites. Mon métabolisme ne me pardonne pas ce genre d’écart et je travaille trop dur pour risquer de gâcher mes efforts pour des « cheatmeal ». Mais avec une tarte au thon et un pain natté de ma Guyane et du beurre de cacahuètes, je suis le plus heureux 🙂 !

En période de prépa, je me mets « à la rue » comme j’ai l’habitude de le dire. Je ne m’accorde strictement aucun écart: j’élimine même la vitamine C effervescente en raison de l’asparthame qu’elle peut contenir. Mes repas sont à base de poulet cuit au four la plupart du temps, de poisson pour le repas du soir, de légumes verts, majoritairement brocolis et asperges, et pou les glucides, patates douces, riz et flocons le matin. Petit à petit je réduis les quantités sur trois mois et j’augmente le cardio, 45 minutes par jour en plus de mon training. Je bois environ 5 litres d’eau par jour. C’est ma période de sèche. L’objectif étant de perdre la couche de gras qui recouvre les muscles. Ensuite à 3 jours de la compétition. je coupe l’eau, je ne bois donc plus (juste quelques gorgées pour prendre mes vitamines) afin d’éliminer l’eau qui est dans le corps de façon à mettre en valeur les muscles et que la peau puisse se décoller.img_1391

Une alimentation sur mesure

Parlons un peu alimentation maintenant. L’alimentation joue un rôle essentiel pour obtenir des résultats, peux tu nous dire comment tu t’organises pour manger clean au quotidien malgré ta vie de famille et de papa, ta vie professionnelle, et les nombreux voyages que tu effectues  ?

En effet, je pense que j’ai déjà bien démontré que l’alimentation avait un rôle clé dans l’obtention de résultats probants. Je prépare mes repas à l’avance. C’est le secret pour ne pas fauter ou ne pas mourir de faim après les entraînements en attendant que le riz cuise! Ma femme m’aide sur la partie alimentaire et cuisine souvent pour moi 🙂 . Quand je pars en déplacement je prépare mes gamelles pour une journée complète et je m’assure toujours avant de partir qu’il y aura de quoi manger sainement. C’est mon obsession première, pouvoir manger sainement et en quantité suffisante. Je mange 5 à 6 repas par jour. Malgré ma gourmandise, ma motivation est sans faille, les boissons, chocolats, gâteaux et autres qui trônent dans les placards à la maison n’ont jamais raison de moi. Et au contraire, je mange par procuration à travers ma femme et mon fils, je suis heureux de savoir qu’ils se font plaisir en mangeant ce qui leur fait envie. Quand on va au restaurant, je trouve toujours de quoi manger sainement, une entrecôte et des légumes si je ne suis pas en prépa et si je suis en prépa, un filet de poulet ou de poisson et des légumes vapeur Je ne les contraint pas niveau alimentation ou sortie. Mes choix personnels et professionnels n’ont pas à les impacter.

Est-ce que s’entraîner et respecter sa diète est toujours un plaisir pour toi ou est-ce qu’il y a des moments plus difficiles ? Peux-tu nous décrire ce que tu fais dans ces moments-là ? Est-ce que tu penses à quelque chose en particulier, qu’est-ce que tu te dis exactement ?

Je pense avoir répondu, en partie au moins, à ces questions à travers l’interview. Ma diète est devenue depuis tant d’années, un mécanisme, c’est lorsque je fais un petit écart que les choses sont anormales pour moi. La plus grande des difficultés pour moi est quand mes quantités de nourriture sont très basses comparativement à mon gabarit. La faim est difficile à gérer. Mais petit à petit, au fil de mes préparations, je me gère de mieux en mieux. Si les choses deviennent difficiles, je me reconcentre sur mes objectifs finaux et ma famille est toujours là pour me soutenir. Ce que je me dis « Allez gros, ça va le faire, tu vas y arriver! », quelque chose dans ce goût-là!

Combiner sa passion et sa vie privée

En dehors du sport, quels sont très autres loisirs ou tes autres passions ?

Passer du temps avec ma famille. C’est ce qui me rend heureux

Tu es papa, comment fais-tu pour concilier tout ce sport et ta vie familiale ?

En général je m’entraîne tôt le matin, mais quand je dois emmener mon fils à l’école, je m’entraîne le soir. Et pour les weekends, le petit est avec ma femme le matin, ensuite je rentre manger et nous allons nous balader, faire les magasins, cinéma ou autre l’après-midi. Quand je suis en fin de préparation et que je suis faible, j’ai la chance que mon fils comprenne ma fatigue et dans ces cas-là, ils vont se balader tous les deux.

img_3083

Les conseils de Bionic Body

Bionic Body, quel conseil donnerais-tu à une personne qui débute pour s’assurer de mettre toutes les chances de son côté ?

Je dirais que tout réside dans l’alimentation. Beaucoup de néophytes me demandent quels compléments, quelles protéines prendre, ma réponse à ces questions est DU POULET! Même si votre métabolisme brûle rapidement les calories, c’est n’est pas avec des fast food que vous prendrez des « gainz ». Je n’ai commencé à prendre des protéines en poudre qu’après au moins un an de musculation assidue. Ensuite hormis l’alimentation en quantité suffisante et de qualité, s’entraîner de façon régulière et assidue: 3 entraînements par semaine avec un jour de repos entre chaque c’est l’idéal. Chacun a ses objectifs, tout le monde ne veut pas monter sur scène ou devenir sportif professionnel donc il faut adapter sa diète et ses entraînements à ses objectifs personnels, son histoire personnelle, sa santé etc.

Quel conseil pourrais-tu donner à une personne qui souhaite perdre son gras et dessiner ses abdos ?

Il faut une alimentation saine, pas d’écart, éviter les glucides le soir et faire beaucoup de cardio. Je recommanderais la marche rapide avec la pente maximale, 45 minutes par jour.

A suivre pour Bionic Body

Bionic body, quels sont tes prochains défis à venir ?

Personnellement, mon mariage qui arrive à grand pas :). Sportivement, je commence très bientôt ma phase de préparation pour l’Arnold Classic Ohio qui sera ma première compétition en tant qu’athlète professionnel IFBB. Cette échéance est très importante et j’ai hâte de commencer à me préparer. Je donnerai le meilleur de moi-même, comme pour chacune de mes compétitions. C’est un tel plaisir pour moi d’être sur scène!

1er place au concours Loaded Cup Germany
1er place au concours Loaded Cup Germany

Merci Emma pour cette interview dont les questions étaient différentes et plus poussées que ce que l’on me demande d’habitude. C’était un plaisir 🙂

2 thoughts on “BIONIC BODY L’INSPIRATION DE LA SEMAINE

  1. Merci Emma pour cet interview, c’est super d’avoir ce retour de bionic body sur sa manière de vivre son sport , un vrai mental d’acier !!!!
    Merci de nous faire partager cela , super idée. Continue
    Bises
    Nathalie

N'hésitez pas à laisser un message !